Fermer
Strip précédent - Strip suivant


051004_grippe.jpg


Hé oui, je l'avoue sans honte. Cette semaine, plutôt que de vous abreuver de réflexions inouïes, d'histoires incroyables ou de cynisme glacé, j'ai pris mon parti de m'apitoyer mollement sur mon sort, toute avachie que je suis sous les assauts de sympathiques virus migrateurs et récidivistes de la grippe (qui même si elle migre, ne prend pas l'aviaire...). Je savoure au moins l'avantage d'une fièvre bienfaitrice, toujours propice à me stimuler le ciboulot.

Alors même que le temps se fige doucement comme un motte de saindoux, et que l'automne pointe son museau chafouin se sous ses feuilles pas encore tout à fait mortes, je suis bêtement clouée à mon siège chez moi, clouée à mon fauteuil au bureau, clouée à mon strapontin de métro...
Alors que mon instinct me hurle d'aller traîner les pieds dans une vaste forêt, sous les châtaigniers, humant l'humus aux saveurs de champignons dispersant leurs dernières spores dans l'air encore doux et prometteur, chargé de fougères et d'écorces en train de se racornir humblement.

Mais je croupis et me fane dans notre horrible capitale au lieu de me blottir sous une peau de bête, les deux pieds devant l'âtre crépitant, en dégustant noix et noisettes fraîchement cueillies avant de sombrer dans un tiède torpeur, le ronronnement apaisant d'un chat se propageant de mes genoux vers mon corps tout entier.

Je le sais, tel est mon destin !

Et pourtant je reste dans la grisaille, à côtoyer des humains gris, aux pensées grises. Tous ces pénitents pète-sec et blessés, tous ces mutilés de l'âme s'appuyant maladroitement et d'un accord tacite sur leurs grossières prothèses que tout le monde fait semblant de ne pas remarquer, de peur qu'on ne commente la leur.
Je suis entourée d'infirmes, qui n'ont pas plus de chance de se remettre seuls sur les rails que d'aider les autres à le faire. Et ça donnerait presque envie de rire si je n'avais pas si peur que ça sonne faux.

En attendant les lointaines forêts, je vais commencer par me soigner les cellules et le synapses, pour au moins vous retrouver la semaine prochaine dans une forme quelconque mais à peu près viable.
Cheers

Mali

Strip précédent - Strip suivant
Fermer