A c t u a l i t é s

Accueil / Novedad / Carry on

Carry on

🗡 Illustration de mai 🗡
www.tipeee.com/maliki

En hommage à Kentaro Miura, dont la disparition prématurée est d’une tristesse infinie. Son héritage et son enseignement resteront encrés dans mon esprit.

A l’annonce de son décès, j’ai eu envie d’écrire quelques mots, les voici ⤵️

Plus j’y pense, moins j’arrive à réaliser. Ça me gonfle. Pour lui qui était encore jeune, pour sa famille, et dans une moindre mesure pour son Univers qui restera à jamais inachevé. Qu’une telle mine de génie créatif puisse disparaitre si soudainement me glace.

Tant de sacrifices et d’efforts pour arriver à cette virtuosité, et puis pouf, le néant. Avec l’âge qui avance et les périls divers, j’y pense très souvent, tout ne tient qu’à un fil. Combien de projets vais-je encore mener à bien avant que mon corps ou mon esprit ne lâche ?

La mort de Miura, par sa brutalité soudaine et inepte, résonne vraiment avec son oeuvre. Et me renvoie douloureusement aux conditions de travail des artistes, ici ou ailleurs, qui se rappellent souvent trop tard qu’ils ne sont pas purs esprits.

Je ne sais pas quel est le meilleur chemin. Brûler d’une flamme vive et s’éteindre dans un souffle, ou ménager sa braise et tomber paisiblement dans l’oubli. Je ne crois pas qu’il existe quelque chose après la mort, mais j’espère qu’il aura vécu sa vie comme il l’entend.

Au revoir, monsieur. On se pensera très souvent à toi.

Partager cette actualité

Commentaires :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vivien Le à , a écrit :

J’ignore si cela confortera…
… Mais dans le doute…


https://hitek.fr/actualite/berserk-kentaro-miura-assistant-prend-releve_29060

AtomeCrochu Le à , a écrit :

Bonjour,
Des mots que je n’oublierai pas, merci Souillon.
Avoir une oeuvre vraiment à soi, la mener à bien…Quand vous le prenez à bras le corps, vient alors ce pic de sérotonine qui vous prend aux tripes d’un coup et vous fait pousser des ailes, ce que je souhaite à chaque être humain de ressentir.

Artistes, je vous déteste.
Dans les moments de doute, vous pouvez vous retourner et voir vos milliers de créations, chacune est un moment de votre existence, une bribe de votre talent et un gain d’expérience comme de renommée. Quand je me retourne, qu’a-je donc ? Des brouillons de calculs, des carnets entiers de notes indéchiffrables, des plans raturés, des théories bancales basées sur des équations que nous sommes peut être deux sur terre à trouver intéressantes.

Artistes, vous m’inspirez, par vos échecs comme vos succés.
Moi aussi, j’y arriverai.

Bien à vous Souillon, portez vous bien.

A.

Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

En poursuivant sur ce site, vous signifiez votre accord avec cet usage. En savoir plus

J'ai compris

Les cookies utilisés sur ce site sont de trois natures

Vous pouvez trouver des informations détaillées sur les cookies, les outils de traçage et les moyens de s'y opposer sur le site de la CNIL